islam_koran

23 mai 2008

7adit as mazight

le_coran

Sans_titre

Hadiths

Ecouter

Télécharger

Lafki-Hadith

Najib-Zerouali1

Najib-Zerouali2

Assada9a-v1

Assada9a-v2

Assihr-v1

Assihr-v2

graf

ramadan

hr

co

Prière de Consultation
Allâhumma innî astakhîruka bi-cilmika wa astaqdiruka bi-qudratika, wa as-aluka min fadlika-l-cazîmi. Fa-innaka taqdiru wa lâ aqdiru, wa taclamu wa lâ aclamu, wa anta callâmu-l-ghuyûbi. Allâhumma in kunta taclamu anna hâdhâ-l-amra (que l'on explicite) khayrun lî fî dînî wa macâshî, wa câqibati amrî (ou : câjilihi wa âjilihi) fa-qdurhu lî, wa yassirhu lî, thumma bârik lî fîhi. Wa in kunta taclamu anna hâdhâ-l-amra (que l'on explicite) sharrun lî fî dînî wa macâshî (ou : câjilihi wa âjilihi) fa-srifhu cannî, wa srifnî canhu, wa qdur lî-l-khayra haythu kâna thumma arddinî bihi.


Posté par coran_site à 12:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 mai 2008

coran


>
salâm alaykoum
salâm alaykoum

macha' Allâhmacha' Allâhmacha' Allâh

  Forum Islam : A la rencontre de l'Islam Index du Forum

Par le Cheikh Si Hamza Boubakeur


Les rubriques reprises dans cet index systématique des sourates et des versets ont fait l'objet d'une note théologique, historique, sociologique, philosophique ou scientifique intéressant le dogme, les rites et les institutions de l'Islâm, ses antécédents spirituels, l'ambiance morale, le milieu ethnique, le cadre social où il est né et s'est développé.1

Le messager de Dieu.2

Mouhammad, sa vie.

Biographie, XLVII, titre.
Quelques-uns de ses surnoms, de ses faits et gestes, son annonce, au regard des musulmans, dans les Écritures saintes, ses chagrins, son impeccabilité, son ascension céleste, sa mort. Il demeure pour les musulmans l'idéal même de la vie spirituelle et morale, VII, 157 ; X, 16 ; XVII, titre ; XX, titre ; XXVI, 196 ; XXII, 11 ; XXXII, 23 ; XXXV, 1 ; XXXVI, titre ; LXVIII, 9 ; LXI, 6 ; LXXIII, 1 ; LXXX, titre ; XCIV, 1 ; CX, titre.
Passages intéressant sa famille, III, 61 ; V, 67 ; IX, 30 ; 40 ; XVII, 11 ; XX, 84 ; XXIII, 33 ; XXV, 11 ; XXX, 50 ; XLIII 15 ; LXXVI, titre ; CVIII, 3.
Quelques-uns de ses proches parents, hommes et femmes, VI, 26 ; IX, 19, 113,40 ; XVII, titre ; XXVIII, 56 ; XXVI, 214 ; XXXIII, 36, 37 ; XXXVIII, titre ; CXI, 1.
Son ethnie : les Quraychites ; opposition de ces derniers à l'Islam ; l'esprit tribal, II, 199 ; VIII, 53 ; IX, 19, 40 ; X, 2 ; XIV, 44 ; XXIII, 67 ; LIII 33 ; LVIII 51 ; CVI, 3 ; titre.

Le cadre géographique, religieux, coutumier, social et moral de la prédication coranique.

La Ka'ba, temple édifié depuis Abraham pour le culte de Dieu, III 96 ; VIII, 19 ; XIV, 37 ; XXII, 29.
La Mekke, III 96 ; XIV, 35, 37 ; XC, titre.
Yathrib, accueille Mouhammad et devient sa ville illustre : Al-Madîna-l-Munawwara, XXX, 13.

Ambiance religieuse.

Idoles et idolâtrie, IV, 51, 60, 117 ; VI, 136, 138 ; X, 18, 29 ; XIII, 38 ; XIV, 36 ; 37, 44 ; XVI, 1 ; XVII, 13 ; XXII, 73 ; XXIII, 90 ; XXXVIII, 17 ; XLVIII, 26.
Divinités arabes, entre autres celle dites noachiques, LIII, 19 ; LXXI, 23.
Divinités babyloniennes, XXI, 58.
Divinités hindoues, II, 67.
Zoroastrisme, VI, 119 ; XVII, 61 ; XXIV, 35.
Sabéisme, II, 62.
Culte phallique et autres cultes païens, V, 3 ; VI, 29 ; LXX, 43.
Coutumes, croyances, euphémismes, superstitions, magie, etc., II, 59, 189 ; IV, 119 ; V, 64, 103 ; VII, 112, 131 ; XI, 5 ; XVI, 57 ; 60 ; XVII, 13; XXIV, 6l ; XXXVII, 28 ; XLI, 16 ; LVII, 25 ; LXVII, 22 ; LVIII, 51 ; LXXII, titre, II ; CX, 3 ; CXIII, 4.

Quelques aspects de la vie sociale.

L'esprit et la densité du clan, la vengeance conçue comme la poursuite normale du droit privé, facteurs déterminants de la cohésion et de l'organisation de la tribu, cellule de la société arabe pré-islamique, CII, titre ; III, 4 ; V, 8 ; II, 33.
Mœurs, XXIV, 7, 33 ; XXXIII, 52, 53.
La prostitution, IV, 25 ; XXIV, 3, 33.
Sexualité, II, 222, 223 ; XXIV, 2.
Inceste, IV, 23.
Infanticide : enterrement des filles vivantes, VI, 137,140; XVII, 40, 57; LIII, 21.

Son apostolat.

VI, 4 ; VII, 197 ; VIII, 19 ; XVII, titre, XX, 2.

Mission du Prophète.

Début de la prédication.

À La Mekke parmi des païens irréductibles ; l'Islâm prêché secrètement d'abord est proclamé ouvertement : partisans et soutiens ; les humbles sont parmi les premiers convertis ; un compagnon fidèle et un ami sincère : 'Abû Bakr ; les femmes adhèrent à l'Islâm, le soutiennent et le défendent résolument : beaucoup de musulmans émigrent pour rester fidèles à leur foi nouvelle et connaissent de terribles souffrances, V, 54 ; VIII, 67 ; VI, 52 ; IX, 11, 40 ; XVIII, 28, 46 ; XXIV, 11, 22, XLI, 30 ; XLIX, 15 ; LVIII, 22 ; XLIX, 2 ; LIX, 8 ; LX, 10 ; LXIV, 41 ; XCII, 20. Les indifférents, les indécis, les sceptiques, les instables, II, 10 ; VIII, 22, 49 ; XI, 5 ; XXXIII, 32 ; LIII, 33 ; III, titre, 61 ; XIII, 31 ; V, 59 ; VI, 25 ; XVI, titre ; XVII, 85 ; XVIII, 22, 60 ; XLIII, 57.
Réaction : épreuves et persécution, VIII, 30, 39 ; IX, 40 ; X, 2 ; XVII, titre ; XXII, 52 ; XXIX, 2, 52 ; XLI, 30 ; XLVI, 28 ; LXX, 30.
L'intransigeance du Prophète sur l'unicité de Dieu fait échouer toutes les tentatives de compromis, XXXVIII, titre, 11 ; LIII, 19.

Fuite vers Médine (16 juillet 622).

Adversaires résolus de La Mekke, de Médine et du désert : leur hostilité, leurs moqueries, leurs complots ; mesure de bannissement prise contre le Prophète par ses ennemis mekkois ; ses adversaires les plus avérés ; alliance judéo-païenne contre le messager de l'Islam. IX, 40.
Les païens en général, XXXVIII, 11.
La bourgeoisie réactionnaire, esclave de ses intérêts immédiats, V, 42 ; VI, 123 ; LXIII, titre, 4.
'Abû Lahab, CXI, 1.
'Abû Jahl, VII, 19 ; XIII, 31 ; LXXIV, 31 ; XCVI, 9 ; XCVII, titre.
Al-Walîd b. al Mughîra et ses acolytes, XV, 90 ; LXXIV, 15.
'Abu Sufiyân, VIII, 36.
Les Arabes nomades, IX, 97.
Les poètes stipendiés, XXVI, titre, 225, 227.
Les hypocrites, II, 8, 11, 204 ; XXX, 12.
'Abdullâh b. 'Ubayy b. Salûl, IX, 46, 80 ; XLV, 14.
Autres adversaires, IX, 49, 64 ; XLIV, 14.
Conciliabules pour nuire au Prophète et dénigrer l'Islâm, IX, 40 ; LVII, 8.
Coalitions judéo-païennes dirigées contre le Prophète et l'Islam.

La lutte à main armée pour la cause de Dieu.

Les moyens persuasifs n'ayant pas été efficaces et l'action des païens rendant sa situation intenable, le Prophète passe à l'action.

Théorie de la guerre en général.

Elle neutralise les méchants qui pourraient corrompre la terre entière, II, 251.

Les lois de la guerre.

La fuite en plein combat ; les prises et les prisonniers de guerre, II, 90 ; VIII, titre, 16, 41 ; IX, 25 ; XVI, 126 ; 39 ; LIX, 7.

La lutte pour la cause de Dieu.

IX, 73, 111 ; XXII, 39, 78.

Politique de guerre.

Être implacable dans les revers, plein de mansuétude dans la victoire ; éviter autant que possible les effusions de sang ; respecter les trêves coutumières et se montrer souple dans les négociations ; intéresser les chefs et les notables parmi les adversaires et leur rendre sympathique la cause que l'on défend ; diviser les adversaires ; ne pas sacrifier l'essentiel au détail. La convention de Hudaybiyya est un exemple à citer dans cet ordre d'idées, II, 194, 217 ; IX, 25, 66, 74 : XLVIII, titre, 10, 26, 27.

Les expéditions militaires du Prophète.

Bataille de Badr, III, 12 ; VIII, 5, 12, 19, 42, 47, 48.
Bataille d'Uhud, III, 139, 144, 152, 159, 167, 172 ; LVII, 3, 11.
Reddition des faubourgs juifs de Médine, XLVII, titre, LIX, titre.
Raid dirigé contre les Bédouins Banû Mustaliqa, XLV, 14.
Prise de l'oasis fortifiée juive de Khaybar, XLVIII, titre.
Reddition de La Mekke, XLVIII, 27, 29.
Bataille de Hunayn, IX, 25.
Expédition contre la cité byzantine de Tabûk, IX, 38, 64, 74.
Autres expéditions. XLVIII, 16, 24.

Après plus de vingt ans de lutte.

L'Islam triomphe en Arabie sur le paganisme arabe et toutes les autres confessions. Son potentiel spirituel, militaire, économique et social est énorme. L'élan irrésistible que lui imprime le Prophète brisera les Bédouins apostats aussi instables dans leur habitat que dans leurs idées religieuses et culbutera les vieux empires voisins de Perse et de Byzance.
Des scripturaires se convertissent à la nouvelle religion, VIII, 29 ; Xlll, 36 ; XXVIII, 52, 53.
L'idolâtrie est anéantie et l'Arabie est unifiée autour du culte d'un Dieu unique, XLVIII, titre, 21, 27.
Programme expansionniste, IX, 123.

L'œuvre du Prophète est achevée.

Des foules viennent de tous côtés se convertir à l'Islam triomphant. Mouhammad fait ses adieux à sa communauté et se prépare à mourir, en laissant le Coran comme doctrine religieuse et miséricorde émanant de Dieu, V, 3 ; CX, toute la sourate.

Le Coran, base d'une religion monothéiste universelle : l'Islam.

Son archétype céleste.

XIII, 39 ; XXII, 70 ; XXXIII, 6 ; XXXVI, 12.
Révélation divine transmise graduellement au Prophète par l'ange Gabriel, II, 4, 106, 185 ; VII, 143 ; XVI, 2 ; XXI, titre ; LXXIV, titre ; LXXV, 18 ; LXXX, 10 ; XCVI, titre ; XCVII, 1.
Les idolâtres accusent le Prophète de recevoir la révélation non d'un archange, mais des scripturaires, X, 36 ; XVI, 103.

L'incipit des sourates (basmala).

I, titre ; IX, titre ; L, titre.

Les sigles.

II, 1 ; XXXVI, titre ; XL, 1.

Son inimitabilité.

II, 24.

Comparaisons, métaphores et, paraboles.

II, 19, 26 ; XVIII, 61 ; XIX, 62 ; XXIV, 40.

Des versets coraniques.

Ils purifient les impies de leur mécréance, dissipent leur aberration et leur enseignent la sagesse, en leur apprenant que la voie de Dieu conduit au salut et que la vraie libération est dans le renoncement au monde. Certains d'entre eux ont été abrogés par d'autres versets modificatifs au cours de la révélation. Leur sens apparent et leur sens caché selon les mystiques, II, 39 ; IX, 111 ; IX, 24 ; X, 3, 15, 18, 61 ; XLI, 53 ; XV, 92 ; XVI, 8, 101 ; XX, 131 ; XXIV, titre, 35 ; XXXIII, 72 ; XL, 11 ; LXII, 9 ; LXX, 1. Versets du trône, II, 255.

Dieu.

Sa transcendance et son unicité, fondement de l'Islâm.

II, 255 ; IV, 171 ; VI, 13 ; XLIII, 81 ; CXII, 1.

Tout retourne à Dieu.

II, 285 ; X, 3, 56 ; V, 18 ; XC, 8.

Seul détenteur du secret de l'heure de la résurrection et du mystère du monde.

II, 3 ; VII, 186 ; XVI, 77 ; XVIII, 21 ; XXII, 1, 7.

Ses attributs connus des hommes, son nom ineffable et ses autres plus beaux noms.

I, titre, 11, 14, 255 ; IV, 65 ; XIII, 30 ; II, 8 ; XL, 15 ; XILVIII, 21 ; XCVI, 1 ; CXII, toute la sourate.

Dieu, lumière absolue.

XXIV, titre, 35.

Esprit de Dieu et Esprit de Sainteté ; Jésus procède de l'Esprit de Dieu.

V, 110 ; XXXII, 9 ; XL, 15 ; LXXVIII, 38 ; XCVII, 4.

Ordre de Dieu. son verbe ou sa parole ; "Sois!" "et c'"est".

III, 59 ; XXXII, 5 ; XL, 68.

La parole de Dieu.

VII, 144.

Vision de Dieu.

Muhammad, ami de Dieu, "a perçu celui-ci par le cœur et son cœur n'a pas menti", VI, 103 ; IX, 24 ; LIII, 11.

L'amour de Dieu.

Dieu étant infini, l'amour qu'on lui porte doit être exclusif mais, il faut en être digne et donc se surpasser et se perfectionner, IX, 24.

Les signes de Dieu...

II, 39.

Sa grâce.

Sans elle les hommes, pourtant ingrats pour la plupart connaîtraient de terribles souffrances. Il l'accorde à qui il veut, XXIV, 14, 21, 22 ; XXVII, 73 ; LVII, 21 ; LXII, 4.

La miséricorde de Dieu.

I, incipit ; II, 48 ; VI, 12.

Ses bienfaits.

Ils sont innombrables, XIV, 34 ; XVI, 18 ; LV, plusieurs versets.

De ceux qui ont encouru sa disgrâce ou sa punition.

I, 7 ; VII, 183 ; XIII, 42 ; LVII, 14.

Engagement primordial des hommes envers Dieu.

II, 27, 40 ; VII, 172 ; IX, 111 ; XIII, 20.

Il est au-dessus de toute description ou comparaison.

Rien ne saurait lui être comparé ni l'égaler. L'anthropomorphisme est à cet égard un blasphème, VI, 100 ; XXXVII, 180 ; XLII, 11 ; XLIII, 82 ; CXII, toute la sourate.
Dieu selon Abraham. Jésus, Muhammad, II, 225 ; XLIII, 63.
La voie qui mène vers lui, 1, 5.

La Création.

Dieu, transcendant.

Il crée et recrée sans fatigue ni besoin de repos. Il ne se désintéresse pas de sa création dont le but est sérieux. Elle n'est ni l'effet d'un accident ou du hasard, ni un jeu ou une distraction pour lui, III, 59 ; X, 3, 34 ; XXI, 16 ; XXXII, 5 ; XL, 68 ; L, 4 ; LV, 29.

Elle est l'œuvre et la propriété de Dieu.

Il la "cerne" de son omnipotence, de son omniscience, de sa volonté et de sa sagesse et tout entière elle le loue et le glorifie, I, 1 ; X, 3 ; XL, 7 ; XVI, 4, 5 ; XVII, 70 ; XXI, 16 ; XXIV, 35,45 ; IV, 33 ; LXII, 1.

Elle se situe dans le temps.

Il lui est antérieur et son devenir est incessant ; ce qu'il faut entendre par création en six jours, VII, 54 ; X, 3,31 ; XXV, 59 ; XLI, 9.

L'univers et son mystère.

Issu du chaos, il retournera au chaos, terme final de son long devenir ; son unité fondamentale, sa symétrie ; pluralité des mondes habités, I, 1 ; II, 3 ; V, 109 ; VI, 96 ; X, 3 ; XI 108 ; XIII, 13 ; XXI, 16 ; XXXVI, 36.

Apparition et origine de la vie.

De l'eau Dieu a créé tout ce qui est vivant. La vie suit le cours du perpétuel devenir de la création. Dieu extrait la vie de la mort et la mort de la vie. La forme que les êtres ont reçue est la mieux adaptée à leur existence, celle de l'homme étant en outre la plus belle, VI, 32 ; X, 31 ; XXI, 30 ; XXX, 19, 30 ; XLIII, 36 ; LVII, 20 ; LXXVI, 1,2 ; XCV, 4 ; XCVI, 2.

Le déluge ; l'âge du fer.

XI, 40 ; XXIII, 27 ; LVII, 25.

La mort.

Loi inéluctable à laquelle nul ne saurait échapper ; le deuil, II, 234 ; III, 18 ; IV, 78 ; X, 3l ; XXIX, 57 ; XXX, 19 ; XL, 11 ; L, 19 ; LXII, 8.

Les âmes durant l'intervalle compris entre la mort et la résurrection (albalpzakh).

XXIII, 100.

La fin du monde.

La création est vouée à disparaître.

La fin du monde, XLIV, 10 ; LV, 26.

Signes avant-coureurs.

Gog et Magog ; la bête apocalyptique, XVIII, 94 ; XXI, 96 ; XXVII, 82.

La résurrection.

VI, 38 ; XI, 7 ; XVI, 1 ; XXII, 2 ; LVI, titre, 7, 61 ; LXIX, toute la sourate ; LXXV, titre, 1 ; LXXXIX, 24 ; XCIX, toute la sourate ; CI, toute la sourate.

Le jugement dernier.

La rétribution.

Regardant ses actes, l'homme dira : "Plût à Dieu que je fusse poussière.", II, 39, 48, 62 ; LII, 47 ; LV, 39 ; LXXVIII, 40.

Le paradis.

II, 25, 39 ; X, 26 ; XIII, 29 ; XIX, 62 ; XXXII, 17 ; XXXIII, 61, 74 ; LXX, 22.

L'enfer.

II, 24, 39 ; XXXVII, 62 ; XXXVIII, 63 ; XLI, 29.

Anges et démons.

Les anges ; l'ange Gabriel.

VIII, 9, 5 ; X, 68 ; XIII, 11, 38 ; XIV, 23 ; XV, 51 ; XVI, 57 ; XIX, 18, 24, 64 ; XXXV, titre, 1 ; L, 17 ; LXXII, titre ; LXXIV, 31.

Les démons (djinns).

II, 14 ; IV, 51, 60 ; VII, 189 ; XV, 17 ; XVI, 98 ; XVII, 61 ; LXXII, titre.

1 : Les références sont conformes à l'ordre traditionnel des sourates et des versets. Le premier chiffre indique la sourate, le second le verset et son commentaire.

2 : Que la Paix et le Salut soient sur lui. Cette formule est à répéter à chaque fois que l'on prononce le nom du messager de Dieu.

 
                                 Demain je deviens Musulman...   

Demain, je deviendrai sincère
Demain, je commencerai la prière
Demain, j'irai à la mosquée
Demain, j'aurai le coeur illuminé
Demain, propre sera mon sang
Demain, je deviendrai musulman
Mais pour l'instant, ce n'est qu'aujourd'hui...

Mon frère, ma soeur, les jours nous sont comptés,
A chaque jour qui passe, nous voilà amputé
Tu comptes peut-être, dès demain commencer,
Mais qui te dis que tu pourras encore te racheter ?

Tu repousses chaque jour les bonnes actions,
Croyant naïvement que ce soir tu stoppes l'effusion,
Mais entre nous, ça fait combien de temps,
Qu'à toi même, ouvertement tu te mens ?
Quand tu entends le rappel,
Tu restes sourd à l'appel,
Malgré tes beaux yeux, tu restes aveuglé,
Par ce bas-monde et tous ses vices cachés.
Les jours défilent, les mois, les années passent,
Et toi jusque maintenant, tu es toujours à ta place.
Tu te dis toujours demain,
Il est trop tôt pour lever mes mains,
Le temps est pourtant ton maitre,
Mais toi, tu restes comme un traître.
Tu n'es pas conscient que tu es dans le faux,
Et pourtant, crois-moi, changer, il le faut.

Mon frère, ma soeur, les jours nous sont comptés,
A chaque jour qui passe, nous voilà amputé
Tu comptes peut-être, dès demain commencer,
Mais qui te dis que tu pourras encore te racheter ?

Quand viendra ton jour, tu partiras,
Mais dis moi, quel bagage tu emportera ?
Celui des erreurs et des bavures,
Ou celui où, jamais tu assures?
L'au-delà, ça dure pas qu'un an,
Réveilles-toi , car ça dure infiniment.
C'est pas trop tard, car avant de partir,
Grandes ouvertes sont, les portes du repentir.
Réveilles-toi, je t'assure, tout n'est pas mort,
Occupe-toi plutôt, de ce que sera ton sort.
Pour chaque acte, tu seras rétribué,
Il vaut mieux pour toi, que vers le bien ta balance soit penchée.
Abandonne tes délires, qui ne te mènent à rien,
Et espère que le Paradis, un jour sera tien.
Maintenant si tu le veux, il faut le mériter,
Et dès à présent, commence à y travailler.

Mon frère, ma soeur, les jours nous sont comptés,
A chaque jour qui passe, nous voilà amputé
Tu comptes peut-être, dès demain commencer,
Mais qui te dis que tu pourras encore te racheter ?

Mon frère, ma soeur, la vie d'ici-bas,
N'est qu'une épreuve avant celle de l'au-delà,
Actives-toi, pour pas que tu aies un goût amer,
Le jour où, tu seras mis en terre.
Car très vite, tu sauras ce qu'il adviendra de toi,
Et ce jour là, te demandes pas pourquoi.
Et même si tu pleures, comme un enfant à sa mère,
Quoique tu fasses, pas de retour en arrière.
Tes regrets et ta peine ne pourront s'effacer,
Tu n'auras pas d'autre choix que de les supporter,
D'autant plus que tu étais au courant,
De la récompense, et du châtiment.
A toi, de voir, ce que tu veux gagner,
Le Paradis ou l'Enfer, pour l'éternité.
Enfin, ta vie comme tu l'entends tu vas mener,
Moi, j'espère juste qu'au fond, tu as les épaules pour assumer.

Mon frère, ma soeur, les jours nous sont comptés,
A chaque jour qui passe, nous voilà amputé
Tu comptes peut-être, dès demain commencer,
Mais qui te dis que tu pourras encore te racheter ?
Mon frère, ma soeur, les jours nous sont comptés,
A chaque jour qui passe, nous voilà amputé
Tu comptes peut-être, dès demain commencer,
Mais qui te dis que tu pourras encore te racheter ?

Posté par coran_site à 16:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]